Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 10:52


Un général français a précisé qu'au cours de l'accrochage qui a coûté la vie à 10 soldats français, 80 insurgés auraient été tués, concluant : "on leur a donné une belle raclée". Alors 10 tués c'est quoi? Juste une petite baffe?


                                                                                                                   Jean Pierre Simon 
 

Publié par le Nouvel Observateur du 11 septembre 2008


 

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 23:48

                                                                        

          10 jeunes soldats français ont été tués en Afghanistan. Cette tragédie nous fait prendre conscience de l'inestimable prix d'une vie humaine. Je regrette que lorsqu'il s'agit de talibans tués, notre compassion soit proche de 0. Le statut éventuel de martyre ne doit effacer beaucoup la souffrance et la peur de mourir, on reste toujours des hommes. Qu'est-ce que ça fait de recevoir des bombes? Et je ne parle pas des civils. Hé oui! La guerre de part et d'autre, ce n'est pas une partie de plaisir, qu'on se le dise. En France heureusement il faut de solides raisons pour "mourir pour la nation". Il reste aux autorités à accréditer le mythe de la "guerre juste". Mais c'est en fait une guerre de vengeance des Etats-Unis qui ne font pas dans le détail. Qu'ils arrêtent leurs guerres et fassent confiance à la Cour pénale internationale, pour la poursuite des criminels recherchés, ce qui renforcera la légitimité de ce tribunal, et leur permettra de retrouver leur crédibilité aux yeux du monde. Oui à la justice, non à la vengeance. De plus il est faux de penser que des droits de l'homme et une démocratie peuvent s'établir durablement dans un pays en guerre. Rendons l'Afghanistan aux afghans, retirons nos troupes et faisons la promotion de nos valeurs de civilisation par voie diplomatique. On n'éclaire pas les consciences à coups de canon.

 

                                                                                              Jean Pierre Simon

 

Publié par Marianne le 6 septembre 2008

et par Le Monde du  28-29 septembre 2008 

 

Sur ce même sujet, ci-après 3 courriers de tierces personnes.

 

S'agissant de l'Afghanistan le premier ministre a affirmé :"La France n'est nullement en guerre". Cela rappelle à nombre d'entre nous que, pendant quatre longues années la France prétendait mener des "opérations de pacifications" en Algérie, alors que des soldats mourraient dans des combats acharnés dans le djebel. Mais alors, qu'est-ce que la guerre? Et en l'occurrence, quand considérera-t-on que l'armée afghane sera à même d'assurer la sécurité de son propre territoire et de se passer de ce qu'il faut bien appeler une occupation étrangère? En outre, les opérations militaires menées en Afghanistan et en Irak "pour assurer la paix", nous dit-on, ont-elles fait régresser un tant soit peu les actes terroristes à travers le monde? Après tant d'années de vains efforts, ne serait-il pas temps enfin de réfléchir à un véritable changement de stratégie?

 

                                                                                                          Roger Rossi

                                                                                                          Longjumeau

 

Publié dans Marianne du 06 septembre 2008

 

 

 

Bourbier

 

Jacques Chirac avait eu la sagesse d'épargner à nos soldats un sacrifice inutile en Irak et avait refusé de les surexposer en Afghanistan. Il est regrettable n'ait pas suivi la même voie. Aujourd'hui, le bilan de six années de guerre contre le terrorisme est accablant : les occidentaux ont déjà sacrifié deux fois plus de soldats qu'il y a eu de victimes dans l'attentat du World Trade Center! Sans parler des 25 000 blessés dont la vie est définitivement brisée.

            Où est la victoire? L'Irak n'est plus qu'un champ de ruines livré à la guérilla interethnique, à la corruption généralisée, au racket et aux attentats quotidiens. Quant à l'Afghanistan, entièrement repassé sous le contrôle des talibans, il s'est transformé en piège infernal pour les soldats de la coalition occidentale, sans le moindre espoir de sortir la tête haute de ce bourbier. Il n'y a que nos fins stratèges pour croire qu'on peut régner à Kaboul avec 70 000 hommes alors que les russes ont échoué avec un contingent de 300 000 soldats. Ce qui se profile à l'horizon est un véritable désastre ; l'Irak sera un jour une république islamique chiite, et l'Afghanistan retournera au moyen âge, ce n'est qu'une question de temps. Et des milliers seront morts pour rien.

 

                                                                       Jacques Guillemain 

                                                                                  Versailles


Publié dans Le Monde du 31 août 2008 

 

La guerre ou la paix

 

Guerre ingagnable selon les uns, imperdable selon les autres…Je ne sais pas comment on gagne une guerre, mais je sais qu'il y a deux façons de la perdre, l'une est de la perdre, être vaincu, victime ; l'autre est de la gagner, être vainqueur, bourreau, et porter la responsabilité de toutes les souffrances de toutes les victimes.(…) Alors retirons-nous. La guerre ne résout jamais rien. Et puis cela nous évitera de perdre encore une fois.

                                                                                                          Denis Monod-Broca-Broca
                                                                                                                                         Paris
Publié dans Le Monde du 31 août 2008

                                              

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 23:24



             Quand nos sportifs ramènent des médailles les louanges sont dithyrambiques, par contre si leurs résultats ne répondent pas à nos attentes, les critiques sont féroces. Pauvre Laure Manaudou! Notre attitude vis-à-vis d'eux est comparable à celle que Mozart en son temps dénonçait déjà :"A Paris on adore trop, on n'aime pas assez". Quand se réjouira-t-on pour les athlètes eux-mêmes sans aucun arrière pensée nationaliste, prêts même à les réconforter en cas de contre performances? Ne serait-on pas là plus près de l'esprit olympique?

                                                                                          Jean Pierre Simon

Courrier publié dans Marianne  du 30 août 2008


Partager cet article

Repost0
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 23:14


             Pour un magazine scientifique, vous faîtes vraiment la fine bouche devant les OGM ! Vous posez la question : " OGM : bons pour la santé ?" [p.46 du n° 691] Mais quel intérêt avait, pour les transports en commun, les premiers sauts de puces de ces « fous volants dans leur drôle de machine », et pour notre santé les premières transfusions sanguines, les premières greffes d’organes etc…? Toute nouvelle science ou technique connaît à ses débuts une période de balbutiement. Malgré tout, 10% d’insecticide en moins, ce n’est pas négligeable et un apport supplémentaire en vitamine A, si minime soit-il, c’est mieux que rien […] Vous titrez sous la photo "Arrachage en Haute-Garonne.S’ils ne soignent pas, les OGM énervent", Eh bien, moi, c'est votre article qui m’énerve, vous êtes de vrais "Ponce Pilate"[…]. En espérant que vous aurez à cœur d’informer sur les OGM […].


                                                                                       
Jean Pierre Simon

 

Courrier publié dans Sciences et Avenir de janvier 2005 accompagné de la réponse ci-dessous :

 

(Réponse de Sciences et Avenir à la suite dans le même numéro) : Votre lettre nous était parvenue bien avant la publication, dans notre numéro de décembre (n° 694), de l'interview du généticien Pierre-Henri Gouyon, que vous avez dû lire, tout particulièrement les réponses concernant les OGM. Vous n'aurez donc pas manqué de voir à quel point Sciences et Avenir demeure intéressé par ce sujet, "hors scoop médiatique", ce que vous réclamez. Vous aurez retrouvé des explications à caractère historique qui permettent de resituer le débat ou les violences actuelles. Est-ce être Ponce Pilate que d'ouvrir nos colonnes à un scientifique, très au fait des OGM, qui affirme "ne pas vouloir devenir militant" et explique : [après 1996] "fini l'ambiance bon enfant […], les industriels […] voulaient à tout prix placer leurs produits. Ils nous ont fait comprendre que nous les dérangions avec nos problèmes de risques […]". De toute façon, il est évident que Sciences et Avenir reviendra sur ce sujet qui alimente à juste titre un questionnement de fond sur la science, la technique et leurs implications économiques et sociales.


Partager cet article

Repost0
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 22:59

   
      
C'est à la fin des années 60 que je vis ma première télé sur les OVNIS. Il y avait là comme témoins, un pilote d'avions et un ingénieur en travaux public, je ne comprenais pas pourquoi des gens si bien insérés dans la société racontaient de telles choses. A la fin de l'émission, le psychiatre de service a conclu :"C'est un phénomène bien connu en psychiatrie ces personnes voient ce qu'elles ont envie de voir".

J'ai trouvé que c'était un peu court. Aussi je me suis abonné à une revue ufologue "Lumières dans la nuit" et j'ai été surpris de voir que les enquêtes (menées par des bénévoles) étaient conduites avec beaucoup de rigueur : éventuelles confusions avec Vénus, la lune, un ballon sonde etc…Enquête sur le profil psychologique du témoin, confrontations de témoignages de personnes qui ne se connaissent pas etc… Si bien que peu à peu, j'ai envisagé la folle hypothèse d'une possible volonté de contact d'une civilisation extra-terrestre avec les hommes de la terre.

 

Restait la question essentielle, pourquoi ? Une chose pour moi était sûre, s'ils avaient les moyens pour venir jusqu'à nous, ils savaient déjà tout de nous.

 

Par la suite j'ai abandonné les revues ufologiques que je jugeais trop monotones, mais j'étais toujours dans cet état d'esprit, quand je pris en cours l'émission de Philippe Bouvard du 6 décembre 1975. Un dénommé "Claude Vorilhon" y racontait sa rencontre avec un extra-terrestre, son voyage dans une soucoupe volante, et surtout son repas sur une autre planète en compagnie de Jésus, Bouddha.et Mohamed. Je ne comprenais pas pourquoi il racontait une telle histoire, il se mettait tout le monde à dos, les chrétiens, les musulmans les bouddhistes…et les "soucoupistes" qui n'allaient pas avaler un truc pareil. J'ai noté son nom. Peu de temps après je suis rentré dans une librairie et j'ai trouvé son livre "Le livre qui dit la vérité" que j'ai lu dans la nuit. C'était pour moi la réponse, de loin, la plus plausible, quant à l'origine de la vie et la multiplicité des religions.

 

En avril 1976 je suis allé au rassemblement raëlien, puis j'ai lu tous les livres qui ont suivi.

 

Pourquoi je suis toujours un raëlien actif aujourd'hui ? C'est qu'au fil de toutes ses réactions face à l'actualité, je me suis rendu compte que Raël était avant tout le prophète du bon sens.



     

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 22:38

 

              
         Autrefois, on disait : mille métiers, mille misères, aujourd'hui, on pourrait dire : mille subventions mille misères. Curieusement, alors que nous sommes en plein débat électoral et que "le droit au logement" s'impose comme un droit légitime, personne ne parle du "revenu d'existence" qui pourrait réconcilier libéraux et anti-libéraux. C'est un revenu minimum décent, une prestation unique, attribuée inconditionnellement à tout être vivant de la naissance à la mort, tout revenu provenant d'un travail étant considéré comme du bonus.

 

Les spécialistes s'accordent à penser que c'est économiquement possible dans nos pays industrialisés. C'est moralement justifié : toutes les richesses produites actuellement le sont, en partie, grâce à l'héritage technologique de nos ancêtres : pas de Bill Gates sans Tomas Edison. C'est socialement inévitable : l'automatisation des tâches réduit le besoin en ressources humaines comme peau de chagrin, nous gagnons de plus en plus notre pain à la sueur…du front de nos robots.

 

Un tel revenu mettrait fin, aux parcours du combattant des précaires, aux ping-pongs administratifs incessants, coûteux en énergies, en temps passé (perdu) et… en fonctionnaires.

 

Loin de pénaliser l'économie, celle-ci fera un nouveau bond grâce à la libéralisation des énergies créatrices, lorsque le monde pourra enfin, sans souci, selon le mot de Frédéric Dard : "avoir de quoi être".

 

Utopique ? Oui comme le RMI il y a 30 ans.

                                                                  Jean Pierre Simon

   


Publié dans le  Ouest france du 1er février 2007 


 

Partager cet article

Repost0
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 22:01

      
         Quelle différence entre le soutien apporté hier au gouvernement afghan par l'URSS et celui de la coalition actuelle? Des puissances étrangères peuvent-elles prétendre apporter des valeurs de civilisations avec les canons des fusils? L'une des raisons invoquées par la Chine pour envahir le Tibet était de la sortir d'une société féodale! La solution serait que les puissances étrangères continuent la lutte pour l'instauration des droits de l'homme de façon non violente.


                                                                              Jean Pierre Simon 


Courrier publié dans Marianne du 16 au 22 août 2008


Partager cet article

Repost0
21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 20:09

 

En réponse à l'éditorial de François Régis Hutin paru dans le Ouest France du 9 août 2003

 

Monsieur

     

               Dans votre éditorial du 09/08/2003, vous vous inquiétez de ce que “ le gouvernement actuel d’Amérique ” est en train d’étudier la mise au point de nouvelles armes atomiques miniaturisées ” et vous craignez “ que la menace terroriste ne fasse sauter des barrières morales dans la lutte nécessaire contre lui ”, en d’autres termes que l’on finisse par utiliser ce type d’armes contre les terroristes. On en devine en effet facilement l’escalade :  un fanatique  qui estime “ juste ” la tuerie de 100 voir mille personnes n’est plus à une décimal près.

 

      Mais tout Etat qui possède des armes nucléaires et est donc prêt  (quelle qu’en soit la raison) à faire des centaines ou milliers de victimes innocentes n’a-t-il pas  déjà, lui aussi fait “ sauter ses barrières morales? ”.

 

      Au nom de quel droit les grandes puissances parlent de non-prolifération ....chez les autres, sinon du droit du plus fort.

 

      Le gouvernement américain préconise la miniaturisation des armes nucléaires mais le gouvernement français consacre  toujours   une partie de son budget militaire au perfectionnement de nos armes atomiques (entre autre le simulateur de Bordeaux).

 

      Nous n’avons pas beaucoup d’influence sur le gouvernement américain, mais nous pouvons en avoir plus en interpellant notre propre gouvernement, en sensibilisant nos députés. Un état qui engagerait publiquement la destruction de ses propres armes nucléaires, aurait une caution morale évidente  pour parler de non-prolifération et de paix.

 

      Coté international on peut soutenir ce groupe qui depuis des années déjà tente de faire reconnaître par la communauté internationale toute possession d’une arme nucléaire comme un crime contre l’humanité.

 

      Car comme l’écrivait déjà Albert Camus dans “ Combat ” le 8 août 1945 : “ Devant les perspectives terrifiantes qui s’ouvrent à l’humanité, nous apercevons encore mieux que la paix est le seul combat qui vaille d’être mené; ce n’est plus une prière, mais un ordre qui doit monte des peuples vers les gouvernements, l’ordre de choisir définitivement entre l’enfer et le raison ”.(1)

 

      Je vous prie de recevoir, Monsieur, mes sincères salutations.


                                                                                 Jean Pierre Simon
 

(1) Albert Camus actuelles écrits politiques Idées/gallimard


 

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 07:59

Septembre 2006

 

Formidable citation de Kant par Philippe (Métro du 27/9) selon laquelle aucune sphère ne devrait échapper à la critique de la raison , y compris bien sûr la sphère religieuse. Mais maintenant il faut aller plus loin : tous les textes religieux devraient être mis en conformité avec les droits de l'homme, pour qu'ainsi on ne puisse haïr ou même tuer au nom de Dieu.

                                                                    Jean Pierre Simon
 

Courrier paru dans le journal "Métro" le 29 septembre 2006

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2008 5 18 /07 /juillet /2008 09:45


         Courrier écrit en réaction à l'article "Enquête sur un mouvement controversé", publié dans le magazine Réforme du 01/03/2007

  

Je suis estomaqué par votre article où vous dénigrez les "Témoins de Jéhovah". Quand on a traité la Scientologie de "secte", quand à cause de cette incitation publique à la haine, des scientologues ont subi des préjudices financiers, voir même perdu leur travail ou la garde de leurs enfants, je n'ai pas réagi…je n'étais pas scientologue…. On pourrait décliner ce terrible et beau poème du pasteur Martin Niemoller, avec tous les mouvements que l'on traite de "secte", nouvelle manière de mettre en France une étoile jaune sur des groupes religieux ou philosophiques.

 

N'avez-vous pas encore compris que "la secte c'est la religion des autres" et que la liberté religieuse concerne tous et chacun, que si l'on écoutait complaisamment tous les anciens adeptes, il n'y aurait plus ni parti communisme ni même aucun parti politique tant les déçus de tout bord sont nombreux. Les Témoins de Jéhovah, en luttant pied à pied pour leur dignité et l'application réel l'article 18 des droits de l'homme, défendent par là aussi les pasteurs protestants qui éprouvent des difficultés à trouver un lieu de culte décent.

 

Vous êtes bien placés pour le savoir, comme le disait déjà Voltaire :"plus il y a de "sectes" plus il y a de liberté" et c'est tous ensemble que nous reconquerrons la liberté d'être nous-mêmes dans la spiritualité de notre choix.

 

Je ne suis ni scientologue, ni Témoin de Jéhovah, mais simplement aujourd'hui je me sens protestant.

 

Publié dans le magazine Réforme" du 12 avril 2007


A lire "Le Racisme Socialiste" de Raël   

Autres sites sur la liberté de conscience:

http://www.coordiap.com/

 

http://www.sectes-infos.net/

 

 

Partager cet article

Repost0