Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 04:28
Propos d'un membre des kibboutzim en 1956

~~Dans "Une histoire d'amour et de ténèbres " Amos Oz rapporte la réaction d'un compagnon de kibboutz, plus âgé que lui après qu'il eut traité les palestiniens d'assassins :

*(En 1956) je surveillais ma clôture du kibboutz qui n'était qu'à cinq kilomètres de la ligne d'armistice israélo-jordanienne de Latroun. (...) Personne alors ne parlait de "palestiniens" : on les appelait "terroristes", "fedayin", "l'ennemi" ou les "réfugiés arabes avides de revanche". Une nuit d'hiver, je m'étais retrouvé de garde en compagnie d'Ephraïm Avneri. (...) je (lui) demandai si, pendant la guerre d'Indépendance ou les émeutes des années trente, il lui était arrivé de tirer et de tuer un de ces assassins. Je ne distinguais pas son visage dans le noir, mais je décelai une pointe d'ironie séditieuse, une curieuse tristesse sardonique dans sa voix quand il répondit, après un bref moment de réflexion : "- Des assassins? Mais qu'aurais-tu voulu qu'ils fassent? De leur point de vue, nous sommes des extraterrestres qui avons envahi leur pays et le grignotons petit à petit, et tout en leur assurant nous sommes venus leur prodiguer des bienfaits, les guérir de la teigne et ou du trachome, et les affranchir de l'arriération, de l'ignorance et de la féodalité, nous usurpons sournoisement leur terre. Et bien, qu'est-ce que tu croyais, qu'ils allaient nous remercier? Qu'ils nous accueilleraient en fanfare, qu'ils nous remettraient respectueusement les clés du pays sous prétexte que nos ancêtres y vivaient autrefois? Et maintenant que nous les avons battus à plate couture et que des centaines de milliers d'entre eux vivent dans des camps, penses-tu vraiment qu'ils vont se réjouir avec nous et nous souhaiter bonne chance? (...) Je porte une arme, pour qu'ils ne me chassent pas d'ici aussi. Mais je ne traiterai jamais d'"assassins" les Arabes qui ont perdu leurs villages. (...) C'est parce que nous leur avons pris (un territoire) en 48 que nous avons ce que nous avons aujourd'hui. Et c'est parce que nous avons quelque chose maintenant que nous ne devons rien leur prendre de plus. C'est tout. Voilà la différence entre M. Begin et moi : si nous leur en prenons plus un jour, maintenant que nous avons quelque chose, nous commettrons un très grave péché. " ~

~"Une histoire d'amour et de ténèbres" d'Amos Oz pages 702 à 705

Partager cet article

Repost0

commentaires