Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2020 1 20 /07 /juillet /2020 10:24

Ce livre propose un éclairage original sur les principaux rouages de notre système capitaliste :

extraits :

 

"Avec la privatisation des banques centrales, à l'insu des peuples maintenus dans l'ignorance complète des processus bancaires, les États se voient désormais dans l'obligation d’emprunter l'argent nécessaire à leur développement sur le marché privé, avec intérêts.

Pour la France ce sera :

La fin du droit de prêt à taux zéro par la Banque de France. Décision prise le 3 janvier 1973 sous la présidence de Georges Pompidou (...) Un taux d’intérêts, payé désormais pour les investissements publics nécessaires au développement, qui est le vrai nom de la dette et de la politique de la dette. (page 52)

 

Le paiement de l’intérêt de la dette - en réalité pur racket de la de la Banque absorbant désormais tout l'argent normalement dévolu au développement et au social - étant exactement égal, en France, à la totalité de l'impôt sur le revenu du travail. (...) Cette obligation pour les États d'emprunter de l'argent sur le marché privé, avec taux d’intérêt contre garantie en bons du Trésor, produit au niveau des nations Occidentales la même conséquence que a garantie hypothécaire pour le monde privé des affaires. Soit, à travers une dette toujours grandissante et structurellement irremboursable, et par ce même processus de racket et de dépossession, le transfert progressif (notamment par les privatisations) de toute la richesse de l’État dans les mains de la Banque pourtant pur parasite... (page 53)

 

1913 Création de la Réserve Fédérale Américaine (FED Fédéral Réserve Système)

 

En 1910, le Congrès des États Unis pour en finir avec le pouvoir financier qui, déjà, déstabilise l'économie du pays (panique bancaire de 1907), organise une réunion secrète des grands banquiers américains et occidentaux (...) afin de mettre les banques sous contrôles. Démarche qui revient, selon la célèbre formule initialement due à Karl Marx, à confier au renard la garde du poulailler! Le résultat ne se fait pas attendre, c'est le 22 décembre 1913, soit un an à peine avant la Première Guerre mondiale et sous la présidence de Woodrow Wilson - falote créature financée par le Banque - la création de la Réserve Fédérale américaine.

Une Banque des Banques qui, contrairement à ce que son nom indique de façon parfaitement mensongère, n'est ni une réserve, ni fédérale, ni spécialement américaine, mais un cartel mondial des douze plus grandes banques privées travaillant de concert et ayant désormais la haute main sur le dollar, devenu monnaie mondiale... (page 53)

 

 

1971-1973 Fin de toute référence à l'or et mise en place du pétrodollar

 

En 1971, le décrochage entre les stocks d'or américain et la masse monétaire est devenu tel que les USA, fort désormais de leur seule crédibilité militaire (que l'on peut aussi appeler menace) annonce au reste du monde, cette fois par la voix de leur président Nixon, que le dollar, jusqu'à lors convertible en or pour les nations étrangères, sera dorénavant non convertible et adossé à... rien!

En 1973, pour contraindre les autres nations à utiliser quand même cette fausse monnaie comme monnaie de réserve, un système de changes flottants est mis en place, étalonné cette fois sur le pétrole.

Dans les faits, ce sera - par un accord de protection militaire avec l'Arabie Saoudite (accord liant désormais la banque au wahhabisme du futur Ben Laden...) - l'instauration du "pétrodollar". soit un système imposant aux nations du monde, via l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) de payer leur commande de pétrole en dollar.

Une méthode efficace pour contraindre les nations à garder, et même à augmenter leur stock de billets verts, pourtant étalonnés sur rien et convertibles en rien, sinon en pétrole. (page 59)

 

 

 

La FED de très loin la plus grande fortune privée et caché du monde, net d'impôts et sans rien produire

 

Pour donner au lecteur un ordre de grandeur : d'après le magazine Forbes, l'homme le plus riche du monde serait Bill Gates crédité - grâce à sa société Microsoft, geant mondial de l'informatique - d'une fortune de 50 milliards de dollars. Or il faut savoir que les seuls intérêts perçus par la FED s'élèvent actuellement, à 2.500 milliards de dollars. Soit 50 fois la fortune de Bill Gates chaque année, et net d'impôts sans rien créer ni produire, si ce n'est que de la fausse monnaie! Une super fortune que se partage le cartel des douze banquiers internationaux cachés derrière la FED , et qui laisse loin derrière tous les autres compétiteurs, Sultan du Bahreïn, Reine d'Angleterre...ce que se garde bien de révéler le magazine Forbes! (Pages 59/60)"

 

 

 

 

 

 

https://livre.fnac.com/a2804342/Alain-Soral-Comprendre-l-empire-demain-la-gouvernance-globale-ou-la-revolte-des-nations

http://lereveilmondial.over-blog.com/pages/A-qui-appartient-la-reserve-federale-americaine-4180891.html

 

http://diktacratie.com/les-secrets-de-la-reserve-federale-americaine/


 

Partager cet article

Repost0

commentaires